Poudre

... il me faut ma dose, et vite. Je pars au milieu de la nuit, sans prévenir, et je prends mes affaires, mes deux sacs de vêtements avec quelques souvenirs, au cas où je ne reviendrais pas.  

Publicités

Marseille hivernal

... c'était l'odeur de la mer qui arrivait alors, et avec elle l'odeur des poissons. J'arrivais sur le port, l'air se refroidissait peu à peu. Malgré le froid, le soleil se faisait toujours ressentir, et à mesure que j’avançais je sentais ses rayons et sa chaleur taper ma nuque.